Humeur printanière

Humeur printanière (définition) : tantôt des jours pluvieux et sombres, où tu sors de la fatigue de l’hiver et tantôt, des jours ensoleillés, où tu sens la sève en toi monter.

« En retard, en retard, je suis très, très en retard », tel le lapin banc, dans Alice aux pays des merveilles, regardant sa montre, voilà ce que j’ai à peu près répondu, à un déjà fidèle lecteur, rencontré en chemin, qui m’honore, en me disant : « Élisabeth, j’ai lu tous vos articles de janvier et de février… Mais je n’ai pas vu encore ceux de mars ? ». Parce que l’on est déjà en avril ? Oups ! Je devais publier vers le 20 mars ! Sacrebleu, cornegidouille, vertuchou, nom d’une pipe en bois, comme on dit dans le Jura ! (Je suis, vous le constaterez, pour la réhabilitation des vieux jurons régionaux, si pleins de poésie), pensais-je. « Vous n’abandonnez pas votre blog, j’espère… Vous continuez ? », poursuit-il. « Non, non, je suis, en retard, je suis très, très en retard ».

Avril déjà ? Je n’ai même pas vu le mois de mars passer ! Tant pis, je saute l’obstacle : il n’y aura pas de mois de mars sur mon blog, un point c’est tout ! Pourtant, on ne peut pas dire que je ne l’ai pas vu arriver ce printemps, un peu frais et très pluvieux et puis délicieusement ensoleillée. C’est que j’ai du travail au jardin moi ! Tout pousse, tout reverdit !

Et oui, ô toi ami citadin, ainsi que le Rat de ville, si tu imagines, que pour le Rat des champs, vivre et avoir un jardin à la campagne, c’est ça :

Ceci est une photo 😉

C’est que tu feuillettes un catalogue de jardinerie ou de meubles de jardin, et que tu ne te rends pas compte (à moins de pouvoir engager toute l’armada des jardiniers de l’Élysée), de tout le travail, en amont, qu’un jardin demande !

« Nan »… La réalité, c’est ça :

Et la chaise longue, tu la regardes, plutôt… Et avec envie, lorsque toi ami citadin, tu viens en weekend et que tu t’y assois, en disant « merci, il était bon ton poulet bio, je ferais bien une petite sieste moi maintenant… Ah ! C’est bien, de vivre à la campagne et d’avoir un jardin ! Vous devez vous en donner du bon temps… Vous avez une de ces chances ! »… Là, réjouis-toi pour ton ami, laisse-lui ta chaise longue et pars faire la vaisselle… Ce sont des amis importants dans ta vie ? Alors, ne dis rien. Laisse-les t’envier et ne leur montre surtout pas que tu as mal au dos, et que peut-être trois fois dans l’année, de la chaise-longue tu profiteras, et qu’enfin, l’œuvre complète de Balzac, tu reliras.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais il y a du boulot ! État des lieux de mon jardin : par quoi, vais-je commencer ?

Auteur : Elisabeth

Créatrice et administratrice de ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *