Le Rat de ville et le Rat des champs

Bonjour les enfants (et les grands)

Ce mois-ci, je vous présente une fable, de Jean de La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs.

La lecture de cette célèbre fable, comme beaucoup d’autres du même auteur, est aussi recommandée aux adultes ! Tu pourras la lire en famille, cela amusera aussi beaucoup tes parents 🙂  

En effet, Jean de La Fontaine, qui est un poète français du XVIIème siècle (né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry et mort le 13 avril 1695 à Paris), de grande renommée, écrivait et récitait ses fables aux adultes. En prenant le plus souvent des animaux, comme exemple, dans ses histoires, cela lui permettait de critiquer la vie publique et politique de son époque.

C’est un moraliste. Les fables veulent toutes dire quelque chose. Elles ont un message. Ici, dans cette fable, tu peux imaginer, après l’avoir lue, ce que l’on peut comprendre…

Fable de Jean de la Fontaine

Le Rat de ville et le Rat des champs, Livre I, 9

Autrefois le Rat de ville
Invita le Rat des champs,
D’une façon fort civile,
À des reliefs d’ortolans.

Sur un tapis de Turquie
Le couvert se trouva mis :
Je laisse à penser la vie
Que firent ces deux amis.

Le régal fut fort honnête,
Rien ne manquait au festin ;
Mais quelqu’un troubla la fête,
Pendant qu’ils étaient en train.

À la porte de la salle
Ils entendirent du bruit ;
Le Rat de ville détale,
Son camarade le suit.

Le bruit cesse, on se retire :
Rats en campagne aussitôt ;
Et le Citadin de dire :
Achevons tout notre rôt.

C’est assez, dit le Rustique ;
Demain vous viendrez chez moi.
Ce n’est pas que je me pique
De tous vos festins de roi ;

Mais rien ne vient m’interrompre ;
Je mange tout à loisir.
Adieu donc ; fi du plaisir
Que la crainte peut corrompre !

(Recueil 1, Livre 1, Fable 9)

Alors cela t’a plu ? Le style de la langue française est assez ancien. Il faut s’habituer à bien entendre et comprendre ces vers.

Le Rat de ville invite le Rat des champs à manger chez lui, mais ils sont toujours dérangés. Le Rat des champs décide alors de repartir manger chez lui, à la campagne, qui est beaucoup plus tranquille et où les gens sont simples et se fichent complètement des Rats.

Qu’est-ce que l’on peut imaginer ?

Gravure de Gustave Doré, 1880.

La fable, ou la morale de l’histoire, pourrait expliquer que la vie à la campagne est bien plus tranquille que la vie en ville qui est plus bruyante et difficile.

Les deux rats ont deux personnalités bien différentes :

  • Le Rat de ville est un citadin et il semble, dans la fable se croire supérieur aux autres.
  • Le Rat des champs est rustique et il est gentil et simple.

On peut imaginer aussi, que Jean de La Fontaine a voulu dire à ses amis, qui fréquentaient la Cour du Roi, que la vie très tumultueuse du « monde » ne vaut pas la solitude tranquille à la campagne. Ce qui peut être pris par un gentilhomme, dans le contexte de l’époque et l’esprit des fables de La Fontaine, comme une comparaison entre la vie mondaine à la Cour et la vie retirée sur ses terres de province.

Vocabulaire :

Civile (d’une façon fort civile) : le Rat de ville est très poli et fait aussi son prétentieux. Il veut montrer aussi, qu’il est riche et qu’il ne se comporte pas comme le Rat des champs, qui doit avoir lui, des manières plus simples.

Corrompre (que la crainte peut corrompre) : dans ce cas, c’est quand ton plaisir est gâché, par la peur, dans cet exemple ;-(

Détale : du verbe « détaler », qui s’enfuit. Dans cette fable, les rats ont peur de se faire tuer par les gens de la maison ! Ce n’est pas que du bruit. Ils ont peur de faire attraper. Imagine la souris qui détale en voyant arriver le chat…

Honnête : veut dire ici, « bien » ou « honorable ». Le repas correspond bien aussi à ce que le Rat de ville avait promis.

Rat : à l’époque, dans le langage courant, on pouvait confondre encore souris et rats…

Reliefs d’ortolans : ça, c’est stylé ! Les ortolans, sont des petits oiseaux, à la chair délicate et c’était un plat très prisé à la Cour de Louis XIV (le roi Soleil). Les « reliefs », dans l’ancien français, veulent dire « restes d’un repas ». La Rat de ville propose donc au Rat des champs, de manger les restes d’un somptueux repas.

Rôt : non, ce n’est pas ce que tu penses… il s’agit ici, d’un « rôti » (une viande rôtie au four par exemple), ce mot porte un accent circonflexe sur le ô (contrairement à l’autre mot auquel tu penses…). Comme quoi, c’est bien les accents circonflexes, c’est très utile !!! Il vaut mieux les apprendre…

***

Jean de La Fontaine, était un homme très instruit. Il connaissait les auteurs de l’Antiquité grecque et latine. Aussi, il s’est souvent inspiré, d’histoires qui avaient été inventées, il y a très, très longtemps, par d’autres auteurs de fables et notamment un qui s’appelait Ésope

Je te parlerai de lui la prochaine fois !

Ainsi, il y a d’autres versions de cette fable, dont l’histoire était très connue depuis des siècles. Tu peux cliquer sur l’image ci-dessous :

D’un Rat de Ville, et d’un Rat de Village

En savoir plus :

Le musée de Jean de La Fontaine, à Château-Thierry (sud de l’Aisne) et sur Wikipédia.

Auteur : Elisabeth

Créatrice et administratrice de ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *